Les teignes des lapins et leur traitement en France: une synthèse.

 S. Boucher, L. Nouaille

Abstract

Les teignes des lapins sont dues essentiellement á Microsporum canis et Trichophyton mentagrophytes. Microsporum gypseum peut aussi contaminer Oryctolagus cuniculus. Le champignon pénètre dans l'épiderme à la faveur d'une lésion et se multiplie a partir d'une spore ou d'un fragment mycélien en utilisant pour substrat la kératine de la peau, des ongles ou des poils. La contamination se fait a partir d'un animal porteur. Les conditions d'élevage dépassant les normes (température, densité, hygrométrie) sont favorables au développement des teignes. Les dermatophyties se manifestent sous forme de teignes séches tondante ou épilante, de teigne suppurée, de teigne favique. La prévention fait intervenir le nettoyage et le respect des normes d'élevage. Des vaccins contre T. mentagrophytes existent dans certains pays. Le diagnostic clinique doit être suivi d'un diagnostic expérimental a l'aide d'observation microscopique, d'un examen avec une lampe de Wood et d'une culture (éventuellement faite sur des milieux dit de culture rapide). Ensuite, l'identification est indispensable a l'établissement du diagnostic. Le traitement fait appel a différentes molécules et doit etre complété par la décontamination du milieu d'élevage. La chlorhexidine, l'enilconazole, la griseofuline, le kétoconazole, la natamycine, la povidone iodée, le thiabendazole, le soufre, la soude, le sulfate de cuivre sont utilisés pour leur propriétés antifongiques. Le traitement local est souvent associé au traitement par voie orale a base de griséofulvine ou de kétoconazole. Enfin, les teignes sont de redoutables zoonoses.


Full Text:

PDF

Abstract Views

523
Metrics Loading ...

Metrics powered by PLOS ALM




 

 Universitat Politècnica de València

 

Official journal of the World Rabbit Science Association (WRSA)

 

e-ISSN: 1989-8886     ISSN: 1257-5011   https://doi.org/10.4995/wrs