Petits projets cunicoles et developpement rural en Tunisie: possibilités et limites

 R. Bergaoui, S. Kennou-Sebeï, S. Fekih

Abstract

L'élevage du lapin représente souvent en Tunisie une composante des projets de développement générateurs de revenu et ciblant les femmes rurales. Cet élevage est développé avec des petites unités de 15 a 20 femelles reproductrices utilisant du matériel et des technologies issus du systeme industriel (batiments fermés, cages grillagées, alimentation concentrée exclusivement, ...). Les auteurs ont suivi pendant une année la production de 15 unités cunicoles installées dans le cadre d'un projet de développement rural dans la région de Tunis. En moyenne, chaque unité comprenait 18,4 lapines reproductrices de type Néo-Zélandais Blanc accouplées a 2 males de génotype Californien. Le taux d'occupation des cages­meres était de 115% et les femelles étaient présentées au male 3 a 7 jours apres la mise bas. Le taux de mise bas par saillie a été de 66,2% . La productivité annuelle a été de 6,18 mises bas de 7,64 lapereaux par cage-mere (5,37 mises bas par lapine). Sur les 47 lapereaux nés totaux par cage mere et par an, 27 seulement (soit 65% des nés vivants) ont été vendus, au poids moyen de 2,24 kg. Ces faibles performances peuvent etre expliquées essentiellement par une mauvaise maitrise de la conduite de l'élevage (hygiene, reproduction, ambiance au sein du clapier...). La dépense alimentaire a été de 4,55 kg d'aliment complet granulé par kg de lapin vendu. Le revenu mayen brut par unité cunicole hors alimentalion et charges directes a été en moyenne de 60 Dinars Tunisiens par mois (équivalent a 42 Dollars US). La faiblesse de ce revenu est le résultat de la faible production des lapines et de charges de production élevées, notamment les charges alimentaires. Si l'on tient compte du remboursement de l'avance consentie pour la création de l'unité de production (4400 Dinars), les élevages ont tous été en déficit au cours de cette premiere année de fonctionnement. Ce projet a par centre permis l'intégration de femmes rurales dans le circuit économique et leur épanouissement dans un milieu traditionnellement tres conservateur. La réussite économique de tels projets nécessite une meilleure maitrise technique des élevages, principalement de la mortalité, et une réduction des coûts d'investissement. Elle garantirait leur durabilité et pourrait aboutir a la mise en place d'une filiere complete et d'importantes possibilités de création d'emplois (amont, production, valorisation des sous produits, aval...).


Full Text:

PDF

Abstract Views

568
Metrics Loading ...

Metrics powered by PLOS ALM




 

 Universitat Politècnica de València

 

Official journal of the World Rabbit Science Association (WRSA)

 

e-ISSN: 1989-8886     ISSN: 1257-5011   https://doi.org/10.4995/wrs