Giuliano Gresleri : «Interroger l’histoire», ou «les leçons du voyage»

Danièle Pauly

Resumen

En janvier 2004, alors qu’il dédicaçait à mon heureuse intention son ouvrage Le Corbusier. Il linguaggio delle pietre, paru en 1988, Giuliano Gresleri écrivait : « on travaille dur chaque jour à l’intérieur d’un puit noir. On ne voit pas le fond et la lumière… On ne parvient jamais à la fin. Donc, la question est d’avancer, de continuer, de vouloir terminer, c’est une question de courage… ». Dans cet ouvrage, il publie la précieuse série d’aquarelles intitulée par le futur Le Corbusier : « le langage des pierres ». Dès 1985, il est ainsi le premier historien en Europe à s’intéresser au voyage d’Italie de 1907, identifiant, commentant et datant, au jour près, chacun des dessins et chacune des aquarelles, grâce notamment à l’étude de la correspondance corbuséenne, celle avec sa famille ou ses mentors Charles L’Eplattenier ou William Ritter ; tout cela à une époque où ces documents n’étaient alors accessibles que sous la forme de centaines de feuillets manuscrits qu’il convenait de décrypter.

Texto completo:

PDF

Abstract Views

119
Metrics Loading ...

Metrics powered by PLOS ALM

Enlaces refback

  • No hay ningún enlace refback.




Licencia de Creative Commons Esta revista se publica bajo una licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-CompartirIgual 4.0 Internacional License.

© Ilustraciones de Fondation Le Corbusier

Universitat Politècnica de València      e-ISSN: 2660-7212       ISSN: 2660-4167

https://doi.org/10.4995/lc